Blanche Neige

Ce soir, Céline teste le journalisme d’investigation avec Blanche Neige

Ayant été colonisée par plusieurs hormones depuis ma dernière lecture du conte, ma vision a quelque peu évolué. À l’évidence, ce conte a été écrit par un homme, la vision de la femme y est catastrophique. Je n’hésite pas à évoquer un trou noir de la femme. Le choix du nom de Blanche est judicieux, car on risquait de la perdre en route.

À peine croyable qu’un cerveau masculin, apparemment non débile, puisse se faire une telle idée de la féminité. Sans doute qu’à cette lointaine époque, on ne devait pas être capable de faire la différence entre un homme et une femme si elle n’en portait pas les attributs bien visibles. Je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée émue pour tous ces psys qui interprètent ce si joli conte pour percer les mystères de la féminité. Dès qu’une fille sort de son cadre familial, il semble que l’homme s’attende à tout et surtout au pire.

Blanche Neige est si belle qu’on veut la tuer. Ce n’est pas à moi que ça risque d’arriver, mais je ne désespère pas. Pourquoi un homme qui veut se remarier croit-il nécessaire de le faire avec une femme acariâtre ? C’est un des mystères masculins non élucidés jusqu’à ce jour. La belle-mère prend en grippe une fille innocente et elle est bien décidée à ne pas faire les choses à moitié.

Blanche s’enfuit dans la forêt. Après s’être faite une petite frayeur avec des troncs d’arbres, elle trouve un doux foyer. Après une minutieuse observation, constatant que tout se trouve à une taille inférieure à la moyenne, elle en conclut avec une grande perspicacité qu’il s’agit d’une maison de nains. La nature ayant pourvue notre enfant d’une petite taille, elle parvient à s’accommoder sans mal de l’étroitesse du lieu. Comme elle a du temps à perdre et pour ne pas perdre la main, elle fait le ménage.

On comprend la stupeur de notre infante en voyant arriver sept petits bonhommes à la mine réjouie. On imagine la pâleur de notre Blanche seule avec sept mâles qui n’ont pas vu de femelles depuis des lustres. Par une chance bénie de mille dieux, les nains non seulement ne font pas preuve de bestialité, mais semblent ravis de l’accueillir. À cette époque, les nains avaient des manières et savaient parler aux jeunes filles. Néanmoins, un homme, aussi petit soit-il, reste un homme avec ses lourdeurs masculines.

La question cruciale qui se pose à cet instant précis du récit, est de savoir quelle est la taille d’un sexe de nain ? Faut-il qu’ils se mettent à sept pour procurer un peu de douceur à notre infante ?

Comme toujours, quand on a un doute sur le genre masculin, on se penche sur la vie animale, source de sagesse infinie que l’homme a perdu entre temps à force de se croire le plus malin. Le résultat de la recherche est sans appel. Le croisement génétique est sans fin, pas sans faute, le cheval mâle nain conserve la taille normale de son sexe.

Qu’en est-il du nain humain ? N’ayant pas la chance de connaître ni des Hobbits, ni le petit Poucet, ni Toulouse Lautrec, et n’étant pas autorisée par le secrétariat de l’Elysée à interviewer monsieur le président sur la taille de son engin, je me suis penchée, loupe à la main, sur des photos de Sarko.

Selon de savants calculs de trigonométrie, la taille du sexe nain est un chouïa inférieure à celle du moyennement normal. Reste l’énigme du chiffre sept ? Le dynamisme connu du nain ne cacherait-il pas sept jumeaux se relayant ?

L’effroyable cauchemar qu’il pouvait y en avoir sept m’a valu une nuit d’insomnie, mais grâce à Carla, j’ai vite compris que les six autres n’étaient pas officiels. Grâce à la Blanche Carla, nous sommes en mesure de révéler que la tentative de meurtre de Blanche Neige n’est pas due à sa beauté, mais au fait qu’elle a percé le secret du nain et de ses six frères jumeaux.

Morale de l’histoire, Blanche aurait mieux fait de terminer la lessive que d’aller faire ses cochonneries avec des nains.

Publicités
Comments
One Response to “Blanche Neige”
  1. Alors ce billet vaut le détour ! Les calculs trigonométriques m’ont laissé songeur… Bien ri avec cette coquinerie politico-satirique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :