Céline teste pour vous Twitter

Bernadette a 54 ans, elle mesure 1.56 et pèse 73 kg. Elle est dépressive et alcoolique depuis que son mari et ses enfants l’ont quittée. C’est bien simple, tous les gens qui la connaissent la quittent un jour ou l’autre au point que c’est devenu pour elle une habitude.

Robert a 55 ans, il mesure 1.72 et pèse 90 kg. Il est dépressif et alcoolique. Il y a bien longtemps qu’il ne voit ni sa femme, ni ses enfants. Il n’y pense même plus. Il survit seul avec l’espoir secret de trouver une femme qui accepterait de partager sa solitude.

Un jour Bernadette découvre Internet. Peu de temps après, Robert fait la même trouvaille. Après bien des péripéties avec des fils dont ne sait trop où ils vont, Robert parvient finalement à écrire son nom sur un traitement de texte ce qui lui procure une immense satisfaction. Dans le même temps, Bernadette découvre qu’elle n’est pas la seule femme à tricoter des petits ensembles coquets pour son caniche.

Après multes investigations dans cette petite boite éclairée, Robert découvre qu’il est possible d’entrer en contact avec d’autres femmes. Bernadette, quant à elle, entre dans un univers d’hommes qu’elle n’imaginait même pas jusque-là.

Un jour, ils découvrent Twitter. Bernadette, petite fleur de printemps, adopte le surnom de Pâquerette, et Robert, grand sentimental, prend le pseudo Doudou. Peu de temps après, Doudou rencontre une ravissante petite fleur prénommée Pâquerette et Pâquerette sent son cœur vrombir quand Doudou, un homme tellement sensible s’abonne à son compte. Doudou tombe tout de suite amoureux de Pâquerette qui n’en finit pas de tarir d’éloges sur ce magnifique étalon.

Pâquerette est douce, prévenante, d’une gentillesse infinie débordante de tendresse affectueuse. Elle est jeune et follement amoureuse. Doudou est fort, courageux et à l’écoute des autres. Presque enfant, il est tellement respectueux de Pâquerette qu’elle se laisse peu à peu enveloppée par sa virilité attentionnée. Leur rencontre est un éblouissement réciproque. Jamais deux êtres n’ont trouvé de compagnon si agréable et ce sont des nuits entières de délicieux échanges de mots se chevauchant en des câlineries sans fin.

Quand on veut plaire, le mieux est encore de jouer à la fifille positive. Comme les mecs adorent se moquer des filles, ils se sentent bloqués quand ils tombent sur une neurasthénique dépressive, on se demande bien pourquoi d’ailleurs ? On rêve à une fille possédant des proportions de rêves, mais on vit surtout avec un caractère facile s’émerveillant de ses tâches ménagères réalisées à la perfection. On ne batifole pas avec une reine du sexe, c’est plus facile avec une reine du tricot. Elle ne vous contredit presque jamais et ne sait se prendre la tête que pour une maille à l’envers au lieu de l’endroit. Du bonheur à l’état pur.

Les bons petits plats cuisinés remportent un succès qui ne se dément jamais. Mais le plus agréable pour un homme est de savoir que sa James Bond Girl est une mère parfaite. Belle à sortir, la conversation suffisamment limitée pour ne pas démentir son homme, mère attentive, Pâquerette est la femme idéale dont rêve notre Doudou.

Ce bonjour le jour de Pâquerette sonnait comme un carillon aux oreilles de Doudou. Selon ce principe qu’on peut difficilement faire semblant d’aimer les autres sans vouer à soi-même un amour total, Pâquerette savait qu’elle devait s’appesantir avec légèreté sur chacune des pensées positives auxquelles elle ne croyait plus depuis longtemps. Elle se disait créative, sociable, adorable avec un goût immodéré pour ce plaisir de tricoter des petits ensembles dont les enfants se lassent si vite, mais qui continuent d’émerveiller la maman même 20 ans plus tard.

Doudou, quant à lui, jouait la carte de la drôlerie, enfin du jeu de mots, dont il s’émerveillait des multiples ressources. Car un mot, au contraire des vicissitudes de la vie, on peut le tourner dans tous les sens jusqu’à trouver celui qui nous procure cette impression d’être le nouveau comique que tout le monde attend. Pour faire plus ado, il s’est enfilé une liquette de gauchiste. Une maladie infantile, c’est exactement ce dont il avait besoin. Après tout, les gens riches ne sont-ils pas responsables de tous nos malheurs sur cette terre ? L’anonymat de la vie donnait des ailes à nos deux petites âmes qui se croyaient déchues dans les poubelles du paradis.

L’onomatopée, qui ordinairement évoque plutôt la bestialité des personnes ayant omis quelques années de lycée, devient sur Twitter une romance que l’on répète à satiété. Nos deux jeunes amoureux au bout d’un temps assez rapide eurent l’heureuse surprise de voir qu’ils étaient suivis par une multitude d’inconnus autant assoiffés des banalités de la vie qu’eux-mêmes. Mais face à cette affluence d’admirateurs, Pâquerette n’oubliait pas Doudou. Comment aurait-elle pu négliger cette perle rare qu’on ne rencontre qu’une fois dans vie ? Et pour être sûrs de jouir des délices du plaisir virtuel, ils avaient décidé de ne jamais se rencontrer.

C’est curieux de voir à quel point tout ce qui est détestable dans la vie devient ici affable. Jusque-là rejeté par tous, l’ennui trouve ses lettres de noblesse dans ce féerique outil informatique. Et quand on ne sait pas trop quoi dire, il reste l’heureuse alternative d’annoncer l’heure, histoire de montrer qu’ici au moins le temps nous appartient un peu. Et ce petit plaisir de mettre son grain de sel sur tout ce qui ne nous concerne pas est faramineusement divin.

Quand tout s’écroule dans notre vie et que plus ne rien ne marche, il nous reste une alternative, Twitter, le refuge de ceux qui n’ont pas trouvé leur âme dans la vie.  Il suffit de quelques gazouillis, et nous voilà déconnectés du réel en partance pour le voyage de la jeunesse, du succès, de la beauté et de la drôlerie, bienvenue dans notre univers merveilleusement parfait !

Publicités
Comments
5 Responses to “Céline teste pour vous Twitter”
  1. Jérôme dit :

    Joli !
    Pour compléter, voici un article rédigé par une de mes amies : http://fr.locita.com/actualite/twitter-sexe-et-love-stories.
    A méditer…

    • cieljyoti dit :

      très intéressée par le passionnant article de Virginie. Mais très surprise d’apprendre qu’il n’y aurait que 26 % de femmes. j’avais exactement l’impression contraire. mais ce n’est qu’une impression. je ne te cache pas qu’en venant sur Twitter, je m’attendais à plus de drague des hommes, mais je n’ai rien remarqué de tel. je dirais entre 1 et 2 % de drague des hommes qui me suivent. est-ce dû à la nature des mes twits ? probablement oui. je ne suis pas convaincue non plus quand elle dit que les gens sur Twitter font partie d’une élite sociale. je dirais plutôt la classe moyenne. la présence des journalistes professionnels y est très limitée à mon goût. Ils sont présents certes, mais ils sont peu bavards et n’y participent que lointainement. à mon petit niveau, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup d’informaticiens et de geeks, tu ne trouves pas ? je me suis interrogée sur les petites stars de Twitter, elles passent un temps fou sur l’ordi ce qui prouve une vie familiale limitée. elles ont à l’évidence un niveau d’études plutôt moyen. l’expression d’egocasting de Virginie me parait très juste. Twitter sert-il plus à cacher ce que l’on l’est qu’à le montrer ???

      • Jérôme dit :

        Virginie a justement organisé un twittapéro (!) récemment. On s’est retrouvés à plus de 20, c’était sympa. Il y avait une grosse majorité de mecs (la photo de la jolie Virginie a dû attiser la curiosité de quelques uns). Il y avait là essentiellement des gens qui travaillent autour du web : informaticiens, consultants en communication, rédacteurs-web, etc. Pour le prochain, joins-toi à nous !
        Le terme d’élite n’est peut-être pas le bon mais j’ai le sentiment qu’il faut un certain niveau d’abstraction et un effort intellectuel pour appréhender twitter.
        Enfin, comme toi, j’ai été très surpris d’apprendre pour les 26% de filles, ce n’est pas du tout l’impression que j’ai…

  2. Mon twitter à moi (ma timeline, en fait) me semble plutôt composés de gens normaux, vivant en milieu urbain, tendance bobo, sans enfants ou alors assez jeunes. S’ils sont très présents sur twitter, ils ont aussi une vie sociale riche (asso, politique, pro.). Par contre, il ne s’agit pas d’une élite, tout au plus des CSP+ (et encore) à classer dans les early adopters des new techno. De toute façon les dépressifs tendances psychotiques ne m’intéressent pas. ^^

    • cieljyoti dit :

      en écrivant à ce sketch, j’ai évidemment forcé le trait jusqu’à la caricature. heureusement, il y a des gens normaux qui utilisent Twitter et tu en fais partie. d’après ce que dit Virginie, twitter n’est utilisé en France que par une minorité de gens, c’est vrai que ce serait rigolo d’en dresser une carte sociologique. je pense que tu as raison, mais il existe aussi une frange de gens qui expriment un malaise qui me parait digne d’intérêt. au début, j’ai été frappée par le nombre de gens utilisant le mot positif, et j’ai trouvé ça un peu bizarre : pourquoi quelqu’un ressent-il le besoin de dire et répéter qu’il est positif ? plutôt drôle, non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :