Céline teste les mecs

À force de mélanger leur urine un peu partout, les chiens se sont rapprochés des hommes alors qu’ils voient dans la femme un raffinement inhabituel d’où une méfiance réciproque. C’est quoi un mec ? Pour ne pas passer ma vie à me le demander, je me plonge dans la question sachant que je ne vais pas en sortir indemne. Il faut juste trouver la carapace appropriée et faire sa niaise à toutes les mâleries qu’on nous jette. De tous les tests réalisés, celui-ci est le plus difficile et le plus périlleux. Le monde des hommes est rempli de pièges dans lesquels une fille naïve tombe la tête la première.

Le plus dur pour tester un mec, c’est de ne pas lui faire peur. C’est un farouche qui s’enfuit pour un rien. Les plus grands savants se sont penchés sans succès sur le problème. De courageuses femmes ont pris le relais et ont permis quelques lumières sur ce bipède poilu et arrogant échappant à tout critère. Nous entrons dans le monde de la suffisance, de la force brutale, de la timidité et de la blague salace, bref de l’animalité dans sa splendeur. Et quand on en trouve un, il faut faire un effort désespéré pour trouver une langue commune sans faire appel à un traducteur. Un homme, ça parle trop ou pas assez, entre les deux, la femme doit trouver sa place.

Il faut éviter toute intimité de près ou de loin avec le mâle. Il suffit d’imaginer une chercheuse attachée au gorille qu’elle étudie pour en saisir le grotesque. Il vaut mieux ne pas s’épancher sur le cobaye utilisé dans les laboratoires si l’on veut avancer dans la science. Je décide de rester distante vis-à-vis de cet animal singulier, il suffit de ne pas en choisir un trop top.

Veux-tu bien m’expliquer ce que tu fais avec moi ? Je te sens si loin que je me demande si je ne fais pas quelque chose qui te déplait ? Comme je ne peux lui dire que j’étudie la race masculine, j’adopte une attitude appropriée, genre, mais non mon doudou, c’est pour mieux rester attentive à tes désirs. Mon coeur, tu es la plus belle rose de mon jardin. L’animal est doué d’une perspicacité étonnante me laissant perplexe. S’il dit vrai, cela veut dire qu’il y a plusieurs roses dans son jardin ?

La force d’un homme est inversement proportionnelle à celle d’un autre. Quand un homme sait avoir affaire à plus fort que lui, il s’écrase. La force d’une femme est directement proportionnelle à celle des autres, elle s’adapte à la personne côtoyée. Une femme apprend très tôt à se battre contre plus fort qu’elle, un homme, c’est le contraire. La femme est contrainte au courage, il ne le lui pardonne pas, l’homme est voué à la lâcheté, elle lui en veut. Face à un problème, la femme est en première ligne, l’homme surveille les arrières, des fois qu’elle serait attaquée de dos. Il est la stratégie du dernier recours si tout ce qu’entreprend la femme échoue. Écoute, pas la peine d’insister, tu vois bien qu’il n’y a rien à faire. Elle sait qu’elle doit lancer ses dernières salves avant d’être tirée de force par son homme. Déjà à moitié entraînée en arrière, elle continue d’argumenter. Il lui dit, mais arrêtes donc voyons, tu vois bien qu’on n’y peut rien. Une femme va plus loin qu’un homme.

L’homme est parfait. Il ne cherche pas à s’améliorer et s’il le fait, il prend le maximum de précaution pour ne rien déranger de son existence. Un homme a toujours raison, aussi passe-t-il son temps à se contredire. Il est imaginatif, un rien suffit à faire un roman dans sa tête. Nous autres avons appris à douter de tout depuis notre prime enfance, eux gobent tout ce qui se présente simplement parce que ça les flatte. La force physique doit être un handicap pour le développement du cerveau. Mais c’est ainsi, un homme avec un cerveau n’est plus tout à fait le même, il devient presque humain.

Il est méticuleux et routinier à l’extrême. Il vit dans un monde figé où les objets ont une place inamovible. La femme qui ne met pas de l’ordre est un élément perturbateur. Elle assure son espace pour le rendre douillet, beau et pratique. Un homme range pour être sûr de retrouver ce que sa mémoire perd avec le temps. Il met du ciment partout pour boucher les fissures.

On attend plus d’un homme que d’une femme. À force de le placer au premier rang, il ne sait ce qu’il doit y faire. Il a besoin de constamment prouver sa virilité car rien ne lui est pire que d’avouer une faiblesse. Une femme ne se sent pas obligée de trouver une réponse à tout. Un homme si. La femme joue celle qui convient le mieux à celui qu’elle aime. Elle a besoin de savoir quelle personne peut lui venir en aide au cas où. L’homme n’a pas cette préoccupation, quand il ne sait pas résoudre un problème, il fait comme s’il n’existait pas. Quand une femme apporte un problème à l’homme, il lui donne une solution, quand un homme révèle une solution à une femme, elle multiplie le problème pour lui montrer que ce n’est pas si simple.

Une femme vit le présent, pour cela qu’elle est parfois en retard. L’homme est un futuriste. Tout instant est un moment de bonheur pour une femme, pas pour un homme. Savoir que je suis l’avenir d’un mec, ça me fait une belle jambe, mais maintenant là, on fait quoi ? Un homme et une femme se trouvent dans la zone d’arrivée d’un aéroport, chacun avec un décalage horaire différent. Angoissant. C’est dans la zone départ qu’ils s’entendent le mieux parce qu’ils vont se quitter.

Un homme ne possède que cinq sens. Il sent de la bouche et des pieds, il pète et urine dans le lavabo avant de se laver les dents. Il mange invariablement les mêmes choses. Il ne sait pas écouter, il a un problème d’ouïe. Tu lui expliques un truc pendant une heure et il t’annonce froidement, mais que faut-il que je fasse ? Même odeur, même repas, mêmes habits et il attend que je lui dise la même chose. Un homme est maladroit jusque dans ses caresses. Les cinq sens ne sont pas coordonnés chez lui, sans doute pour ça qu’il a autant besoin d’ordre. C’est une maladie contagieuse que des femmes attrapent pour plaire à leur mec. Tel objet à cette place et à nulle autre sous peine d’arguments sans fin. Le 6è sens féminin, c’est celui qui fait fonctionner les cinq en même temps.

Il faut faire une révision annuelle, mais je préconise la révision mensuelle parce qu’il se dérègle vite. Une fois nourri, une crise de jalousie remet les hormones à l’heure. Si la machine n’est pas rouillée, lui faire comprendre qu’il n’est pas le seul mec séduisant de la terre lui donne des envie de le devenir. Si un homme et une femme peuvent se détester avant même d’ouvrir la bouche, deux hommes se détestent, c’est dans leur nature quand l’un prétend être meilleur que l’autre. L’homme aime penser que sa femme est admirée par tous les autres, mais il ne leur pardonne pas. Il joue le coq dominant sa basse cour entouré de femelles ne songeant qu’à leurs graines. C’est son rêve. L’homme a besoin de dominer sa femme quand il se sent incapable de dominer les autres.

Il ne fait jamais le cadeau qu’il faut même si on l’inonde d’indices avant. Quand un mec t’invite dans un restaurant miteux, tu te dis, c’est sûrement parce qu’il a fait des folies en t’achetant un super cadeau. Je l’attends avec impatience mon cadeau. Je courre pour rentrer à la maison, j’ai hâte de voir combien il m’aime. Je le sens heureux de m’annoncer une bonne nouvelle. Et il me sort tout content le dernier joujou à la mode qu’il me dit accepter de partager avec moi, enfin si j’en prends le plus grand soin. Le mieux, c’est quand même que j’en reste le plus éloigné possible des fois que j’émettrais un mauvais rayonnement. J’attends de remplacer la vieille machine à laver et son ordi, au moindre signe de faiblesse, il le change dans l’heure. L’homme a des objets qui n’appartiennent qu’à lui, la femme ne possède que des objets qu’elle aime partager. Plus on attend d’un homme, plus on est sûre d’être déçue, mais si on n’en attend pas assez, on risque de passer à côté de lui.

Le mec se croit drôle en sortant un nombre époustouflant de jeux de mots idiots conjugués à toutes les sauces. Si on ne rit pas, il nous accuse de ne pas avoir d’humour. C’est quand un mec n’est pas drôle qu’il croie que les femmes n’ont pas d’humour. Et quand tu fais semblant de sourire, il te prend pour une conne parce que tu ne ris pas. Elle ne doit pas bien comprendre se dit-il, alors il en rajoute. T’as beau être gentille, vient un moment où tu t’endors à force d’entendre le ronflement de ses mots.

L’homme est obsédé. Il drague les filles toute la journée à croire qu’il n’a que ça à faire avant un match de foot. Pour se donner bonne conscience de ce qu’il maîtrise mal comme de taper dans un ballon, il gambade après, il suit la balle avant de l’envoyer n’importe où, histoire de dire, t’as vu comme je suis doué ? Une femme apprend le rôle qu’on lui fait tenir, un homme peut se laisser aller à ses dons sans se soucier de savoir s’ils ont une utilité. L’homme est romantique entre 18 h 30 et 20 h parce qu’il a faim. Le reste du temps, il est trop occupé à attendre qu’il se passe quelque chose à la télé. L’homme a le sexe arrogant quand il ne sait pas quoi en faire.

Sa voiture à lui tout seul qu’il conduit comme pas un, comme pas une surtout. La voiture est un territoire masculin. Dès qu’une femme entre dans une voiture, elle descend d’un cran dans la hiérarchie sociale. D’épouse attitrée, une femme est réduite au rang de maîtresse, quant à une maîtresse, n’en parlons pas. L’homme est le seul animal capable de démonter le moteur de sa voiture quand elle marche et ne pas savoir le réparer quand elle ne marche plus.

En voiture comme avec une femme, l’homme développe une adresse exceptionnelle à se mettre dans des situations embarrassantes. Alors que tout pourrait se passer sans trop d’encombre, il croit nécessaire d’en rajouter comme si cela allait changer les choses. Un embouteillage ne suscite pas de commentaires chez une femme. Chez un homme, il en entraîne une multitude. Ce mec qui ne sait jamais trouver les mots qu’il faut, là, ils arrivent tous en même temps et le voilà qu’il mélange tout, problèmes persos, ceux de la société et du divin, tout ça parce qu’il voit une voiture devant lui.

La voiture est un endroit pour tester les nerfs d’un homme. Tu aimes ta voiture ? Bien sûr que oui. Plus que moi ? Bien sûr que non. Comment peux-tu en être sûr ? Ce n’est qu’une machine. Et je suis quoi pour toi ? Un être humain. Seulement ça ? Déjà pas si mal. Et tu aimes tous les humains ? Oui. Donc tu ne m’aimes pas puisque tu aimes tout le monde. Encore quelques mots et on arrive à l’embouteillage du siècle. Après l’apéro, on attaque le plat du jour. Qu’est-ce que tu fais avec moi ? Mais voyons tu es mon amour. Oui comme les 6.9 milliards autres. Mais ma chérie, pourquoi dis-tu cela ? Je trouve normal de m’intéresser à ce que tu penses de moi, non ? Pourquoi tu ne penses pas plus souvent à moi ? Je pense à toi tout le temps. Alors pourquoi tu ne bandes pas ? Mais je suis en train de conduire ! Voilà tu as tout dit, en voiture je ne suis rien pour toi.

Un mec a besoin de se sentir en terrain conquis pour exister. Son égoïsme de mâle partage à contrecoeur. Dans le lit, trop de couvertures en été et pas assez en hiver. Quand il se recroqueville pour dormir, je me demande ce que je fais là ? J’ai beau lui expliquer qu’il doit faire attention à moi quand il dort, dès qu’il ferme les yeux, je n’existe plus. Le rêve du petit ramoneur. Il se gonfle, il me gonfle et se dégonfle à un rythme stupéfiant, c’est binaire, ça monte et ça descend, le reste il ne connaît pas. C’est sa respiration et quand il la retient, il fait de l’apnée du sexe.

Un homme adore consoler une femme même si après elle est dans un état plus désespéré qu’avant. Pas facile d’expliquer à un homme qui nous parle de coeur que si on était son coeur, sûr qu’il aurait une crise cardiaque très vite. Quand il me dit mon coeur, c’est parce qu’il a peur que je lui prenne le cerveau ? L’homme n’exprime pas tout ce qu’il pense, la femme exprime plus que ce qu’elle pense. Entre les deux coule un océan de malentendus.

Il y a cet homme aussi, celui qui rit de mes farces, qui m’écoute, celui qui me sourit d’être là en faisant semblant de me comprendre, celui-là qui m’aime de tout son coeur même avec son petit oeil réprobateur, je ne pourrai jamais m’en passer. Son amour je lui rends au centuple et ça me laisse heureuse. Par quel obscur destin devrions-nous cesser de nous émerveiller l’un de l’autre ?

Publicités
Comments
5 Responses to “Céline teste les mecs”
  1. philoartiste dit :

    C’est un bon résumé de la situation, les hommes se posent moins de questions ou alors plus utiles pour faire avancer le Schmilblick. Ce demander pourquoi un homme est avec sa femme est simple par attirance et pour ne pas être seul, (les taches ménagères aussi;) c’est valable pour la femme . Si l’homme ne peut être fier de sa femme de quoi va-t-il l’être? Et pourquoi sa femme est avec lui?. Le coup de la voiture(descente de statut qu’en y’a des enfants) m’a amusé car c’est vrai toutefois l’homme reste concentrer sur une chose et ne peut donc pas tuméfier en même tant sinon accident. C’est un fainéant .C’ est aussi gênant car nous n’ avons pas de périodique dans nos sacoches pour cacher nos envies. Les femmes fond plein de choses en même temps résultat les pâtes sont trop cuitent voir carbonisées(exemple;)) . Mais ces différences fond quelque part que nous ne pouvons pas nous passer l’un de l’autre. Je pense donc en tant qu’homme que parfois il ne faut pas trop se poser de question et considérer que nous sommes réciproquement l’objet de l’autre ( Pour penser comme ça, y’a qu’un mec. ;))

    Merci pour ce teste plein de vérité.

    • cieljyoti dit :

      oui nous ne pouvons pas nous passer l’un de l’autre alors autant mettre un peu d’humour dans les relations afin de les rendre plus douces à avaler, merci pour ton commentaire

  2. bgp77 dit :

    Très agaçant… de rire des autres et.. de se reconnaître (un peu) en même temps

  3. beerseerkr dit :

    Je ne pense pas qu’on puisse parler des mecs, ou alors d’un mec, ainsi. C’est créer un archétype qui n’existe pas et n’existera jamais. De nombreux hommes travaillent sous les ordres de femmes et cela se passe tout à fait normalement… je ne vois pas du tout que la peur intervienne. Je ne peux pas être d’accord.

    • cieljyoti dit :

      c’est une caricature évidemment. je sais faire la différence avec les mecs bien. je ne parle pas de tous les hommes, mais de certaines caricatures vivantes et j’en ai rencontré certains. évidemment en tant qu’homme, tu ne perçois pas ce qu’une fille doit parfois endurer avec certains mecs. homme ou femme, nous avons tous nos défauts et je trouve que se moquer de ces défauts peut nous aider à mieux nous aimer, tu ne trouves pas ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :