Un conte d’hiver

Dans l’immensité étriquée d’une plaine noircie par le soleil couchant, l’hiver gronde ses caillots de glace. Fièrement élancés au froid, des arbres décharnés aux formes humaines désespèrent de leurs racines gelées. La nature enfouie sous la terre rumine sa vengeance, pour survivre, elle ressasse ses ressentiments. S’il fait si froid, c’est la faute au vent, … Lire la suite

Folie

Des créatures hideuses, sous mon lit, dessus, derrière, en chaque recoin, elles sortent, œil hagard, naseau humide, gueule baveuse, oreilles en pointe, sourcil arrogant. Elles me reluquent de leurs yeux vitreux, je ne leur dirai pas mon secret, elles n’en sont pas dignes. Une cohue d’objets enchevêtrés dans une végétation luxuriante laisse peu de place … Lire la suite

Serial killeuse

Rien n’est plus rassurant qu’une femme, on se sent tout de suite à l’aise, surtout quand on ne l’est pas. On se méfie moins. Pas facile d’avoir peur d’une femme. Cette inégalité des sexes me révolte, pourquoi ce privilège de la terreur au mâle ? On a tort de ne pas prendre au sérieux les tueuses. … Lire la suite

Fait d’été

Les maisons ont une âme, bien d’autre chose encore. À force d’ingurgiter et recracher des êtres, elles en sont la respiration haletante. Flambantes de jeunesse, usées jusqu’aux profondeurs de leurs racines, s’enfonçant dans la terre, elles frétillent, leur façon de jouir. Elles se parlent, discussions enflammées, s’emparent des vies de leurs locataires, un abri pour … Lire la suite

Journal d’une intruse

Un âge, une mort. L’énumération infernale de chiffres aveugles, des armées de doublons. Le double de ce qui n’existe pas. Le reflet éperdu d’une ressemblance. Le miroir appartient à tous, le double n’appartient qu’à lui, je n’appartiens à personne. L’extrême limite, ultime instant où l’être devient réflexion, où l’original devient copie, la frontière de ce … Lire la suite

La cordonnière

J’admets qu’il existe une étrange influence nous amenant là où nous ne pensions aller. Dans le feu d’une promenade, elle surprend et peut aller jusqu’à nous bouleverser. Dans un dédale de rues, un sentiment me guide par le bout du nez comme une enfant que l’on traine la première fois à l’école. Il suffit d’une … Lire la suite

La tour

L’homme s’abandonne à ses traces n’en finissant de s’enfouir dans le sable. Une immense tour de cathédrale tout en verre se dresse en faisant jaillir sa transparence à travers un paysage chaotique et désertique dont l’homme semble apaisé comme s’il avait remporté quelque victoire, celle d’un pas sur un autre pas. On peut frapper à … Lire la suite